Incroyable mais vrai ! Une école de sorcellerie, la première du continent, vient d’être inaugurée en Afrique du sud. C’est Blade Nzimande, ministre de l’Enseignement supérieur, qui a officialisé la nouvelle.

Un guérisseur traditionnel sud-africain aussi appelé Sangoma

Un guérisseur traditionnel sud-africain aussi appelé Sangoma

Une information qui va ravir les fans d’Harry Potter. Une école de sorcellerie vient de voir le jour à Durban, dans la province du KwaZulu Natal, au sud-est de l’Afrique du Sud. Loin d’être une plaisanterie de mauvais goût, cette initiative émane directement du gouvernement de Jacob Zuma, comme le précisent plusieurs médias locaux. C’est d’ailleurs Blade Nzimande,  ministre de l’Enseignement supérieur, qui a annoncé la nouvelle.

L’école, ouverte depuis le 20 mars 2017, est sous la tutelle du département de Nzimande. Elle forme les guérisseurs traditionnels, hommes et femmes, appelés Sangoma, qui seraient aujourd’hui plus de 200 000 dans la nation arc-en-ciel. A titre de comparaison on estime que 25 000 médecins conventionnels exercent en Afrique du Sud.

60% de la population locale aurait recours à cette médecine alternative. C’est la raison pour laquelle le gouvernement sud-africain veut contrôler ces pratiques, car trop de guérisseurs travaillent sans permis, certains charlatans prescrivant des remèdes dangereux voire mortels, ou prétendant guérir des affections comme la tuberculose ou le VIH, dont sont atteints 2 millions de sud-africains. L’école décerne donc un diplôme officiel de sorcellerie. En sus de l’apprentissage de science ésotérique, les étudiants suivent des cours de mathématiques et de sciences physiques, matières d’ailleurs indispensables pour intégrer le cursus. D’autres écoles seront ouvertes dans tout le pays d’ici janvier de l’année prochaine.

T.S.