Sacré Maroc !

Passation-Hassad-Banmokhtar-M

Philosophie 1 – Education islamique 0

Avant d’être entendue par le ministère de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, l’AMEP avait déjà fait parvenir une correspondance à l’ancien ministre Rachid Belmokhtar. Mais le courrier était resté lettre morte, jusqu’à la nomination du nouveau gouvernement. « Nous demandions à être reçus par Rachid Belmokhtar en espérant débloquer la situation, nous confirme Abdelkarim Safir, secrétaire national de l’AMEP. En revanche et à la suite de notre rencontre du vendredi, nous avons pu prendre acte des efforts du ministère pour rectifier le tir. Il fallait une décision politique et aujourd’hui elle semble avoir été prise ».
maroc-gouvernement

Le PJD ménage sa présence au gouvernement

Saâdeddine El Othmani, souvent présenté comme un homme consensuel et moins populiste que son prédécesseur, a la lourde responsabilité d’assurer ou non la continuité des mesures impopulaires à l’actif de l’ancien gouvernement : suppression progressive de la Caisse de compensation, dialogue social au point mort, réforme polémique du Code pénal… El Othmani devra donc composer avec une coalition hétérogène pour poursuivre ou abandonner ces changements initiés en 2012. Il aura également à se prononcer sur le devenir de la réforme gouvernementale des retraites, perçue comme le grand échec du mandat de Benkirane.