Un nouveau clip de rock français enflamme littéralement la toile. Il s’agit de « La Marine », des groupes No One Is Innocent et Darcy, une chanson dans laquelle le Front national (FN) et sa présidente sont violemment attaqués.

Un extrait du clip de « la Marine » des groupes de rock No One Is Innocent et Darcy.

Un extrait du clip de « la Marine » des groupes de rock No One Is Innocent et Darcy.

« Hey Marine, crie : « Jeanne au secours ! » (…) Si elle aime la flamme comme Jeanne D’arc alors il faudra la cramer ». Ces paroles sont extraites du dernier duo « La Marine » des groupes de rock français No One Is Innocent et Darcy. Le clip publié le 6 avril sur YouTube comptabilise à ce jour près de 50 000 vues et fait couler beaucoup d’encre dans les médias français, à 11 jours du premier tour de la présidentielle. Et pour cause. Les paroles ainsi que le clip sont on ne peut plus explicites : « L’idée, c’est de rediaboliser un parti qui n’aurait jamais dû être dédiabolisé » témoigne devant France info Irvin Tellemer, chanteur et compositeur de Darcy, avant de poursuivre : « Aujourd’hui, le FN s’est tellement banalisé qu’on ne peut plus se permettre d’alerter les gens en les tapotant du bout des doigts. Faut y aller au marteau ».

Les membres des deux groupes espèrent aussi que leur chanson devienne le nouvel hymne anti-Front national, à l’image de « Porcherie » des « Bérurier noir », symbole anti-fasciste des années 1980. La dernière séquence du clip crée aussi la polémique. On y voit brûler des représentations de Jean-Marie et de Marine le Pen ainsi que des présidents Donald Trump et de Vladimir Poutine. Plusieurs cadres du parti ont réagi sur leurs comptes Twitter à l’image de Florent Philippot, député européen et vice-président du FN : « Les patriotes et tous les Français attachés à la démocratie doivent réagir devant cette abomination ! ». Les membres de No One Is Innocent ne sont pas à leur premier coup d’essai dans leur militantisme contre le parti de la flamme. En témoigne leur morceau « Où étions-nous ? », extrait de leur album « Révolution.com » sorti en 2004, dans lequel ils se demandaient déjà comment Jean-Marie le Pen a pu atteindre le seconds tour de la présidentielle de 2002.

T.S.