« Adeptes de l’arianisme, une hérésie chrétienne condamnée par l’Eglise, les Vandales ont conquis au 5e siècle un puissant royaume en Afrique du Nord, alors grenier à blé de Rome. Histoire d’un peuple qui a réussi à faire trembler l’Empire romain. »

moza

Mosaïque d’époque vandale dite de la «Dame de Carthage». Une femme auréolée et tenant à la main une baguette à mesurer est l’allégorie de la prospérité de la capitale du royaume vandale.
histoire.


Les Germains, les Wisigoths, les Ostrogoths, les Alamans, les Lombards, les Burgondes, les Suèves et les Vandales se partageaient un vaste espace compris entre le Rhin à l’Est et le Danube au Sud. A partir du milieu du 3e siècle, les Vandales, peuple germanique oriental, envahissent régulièrement l’empire romain pour le piller. A la fin du 3e siècle, l’empereur romain Aurélien inaugure « une politique barbare » qui consiste d’abord à combattre les envahisseurs, puis à les laisser s’installer dans les espaces ravagés par les guerres, et enfin à exiger d’eux des contingents militaires pour protéger les frontières de l’empire face à de nouvelles vagues d’envahisseurs toujours en quête d’un riche butin. Pour mieux contrôler les barbares, à la fin du 4e siècle, l’empire romain s’est de facto divisé en deux parties. De langue latine et très affaibli, l’empire d’Occident est dirigé depuis Rome ou Ravenne. De langue grecque et encore très prospère, l’empire d’Orient a pour capitale Constantinople. le terme de « barbare » n’a alors rien de péjoratif. Il signifie que ces gens s’expriment dans une autre langue que le grec ou le latin. Mais le sentiment de supériorité des anciennes élites pétries de culture gréco-romaine est naturellement prompt à dénoncer l’infériorité des mœurs et des coutumes barbares.

Arius professait un monothéisme  absolu faisant de Jésus la première des créatures de dieu.

En réalité, par les honneurs partagés et les alliances matrimoniales multipliées, la noblesse barbare et l’aristocratie romaine fusionnent afin de maintenir leur suprématie économique sur les masses laborieuses. Comme bien d’autres peuples barbares, les Vandales adoptent le christianisme, devenu religion officielle de l’empire romain sous Théodose (380). Cependant, malgré la multiplication des conciles œcuméniques qui ont précisé clairement le dogme chrétien, plusieurs interprétations de la nature du Christ cohabitent encore. C’est le cas de l’hérésie arienne à laquelle adhèrent les Vandales.

ARIUS, UN BERBÈRE CHRISTIANISÉ 
Les ariens sont les partisans d’Arius, qui professait à Alexandrie au début du 4e siècle un monothéisme absolu faisant de Jésus la première des créatures de Dieu, une sorte de fils adoptif, un intermédiaire entre le Créateur et les hommes. la passion déchaînée dans tout l’empire par cette définition christologique a suscité la réunion du premier concile œcuménique de Nicée, en 325, qui condamna fermement l’arianisme et précisa a contrario le dogme chrétien de la double nature, humaine et divine, du Christ. le Père et le Fils étant considérés comme consubstantiels (homoousios) et non simplement semblables (homoiousios). Cette petite différence d’un iota (la lettre grecque i) changeait tout dans ces querelles byzantines … Cette hérésie avait la faveur des autocrates car elle permettait aux empereurs de se sentir investis d’une mission divine et aux rois de légitimer leur pouvoir sur leurs peuples en se prétendant eux-mêmes semblables au Christ. Nous sommes là aussi aux sources du césaropapisme et de la monarchie de droit divin qui dominera l’idéologie politique occidentale pendant mille ans.


moza2

Mosaïque de l’église San-Vitale de Ravenne montrant le général Bélisaire, qui mit fin au royaume vandale en Afrique en 533, aux côtés de l’empereur Justinien vêtu d’or et de pourpre.


Que disent les textes ? 
«Les Vandales trouvèrent la province  dans la paix. Mais les bataillons de  l’impiété traversèrent en tous sens  cette belle terre florissante, dévastant,  dépeuplant, brûlant et massacrant tout.  Ils n’épargnèrent pas même les arbres  fruitiers. Carthage finit par tomber elle-même  au pouvoir du vainqueur. Du jour où Genséric  entra dans ses murs, au lieu de cette antique  liberté dont elle était si fière, elle ne connut  plus que la servitude. Grand nombre de sénateurs  furent emmenés captifs ; un édit prescrivit aux  habitants de tout livrer, or, argent, bijoux, étoffes  précieuses. »  Victor de Vita (5e siècle), Histoire de la persécution des Vandales.

Au début du 5e siècle, l’arrivée des Huns d’Attila en Europe orientale déloge les Vandales des terres où ils s’étaient installés. Après avoir pillé la Gaule, les Vandales se regroupent en bétique, à l’extrême sud de la péninsule ibérique, qui devient « le pays des Vandales » ou « l’Andalousie » suivant une étymologie possible. la pression conjuguée de l’armée romaine et des Wisigoths, bien établis comme fédérés en Espagne, poussent les Vandales à franchir le détroit au-delà duquel se trouvent les riches terres à blé de l’Afrique qui constituent alors le grenier de l’empire. Prendre la province d’Afrique, c’est asphyxier Rome et son million d’habitants, c’est couper les ressources de la puissante aristocratie sénatoriale romaine dont les grands domaines se situent souvent en Afrique et c’est enfin épuiser l’approvisionnement en bêtes de cirques des amphithéâtres … bref, c’est interrompre la fourniture « du pain et des jeux » qui assure depuis des siècles la stabilité de la ville de Rome et la pérennité de l’empire romain.


satyre

Satyre dansant trouvé au large de la Sicile dans l’épave d’un bateau vandale. Ce chef d’œuvre de bronze grec du 4e siècle avant J.-C. faisait probablement partie du butin prélevé lors du sac de Rome par les Vandales en 455.


A LA CONQUÊTE DU MAGHREB 
C’est un peuple entier qui débarque en 429 sur la rive sud du détroit, encadré par quelques milliers de soldats sous l’autorité de leur nouveau roi Genséric. Au contraire des autres monarques, Genséric n’est pas issu de l’aristocratie barbare frottée de culture gréco-romaine. Il parle difficilement le latin. Outre une grande violence, sa geste révèle bientôt une intelligence politique remarquable. la conquête de l’Afrique du Nord est rapide
car la pénétration des Vandales a été facilitée par la trahison en leur faveur du représentant de l’empereur, le comte d’Afrique boniface. les exactions vandales touchent particulièrement les fidèles et les biens de l’Eglise orthodoxe mais aussi les personnes et les propriétés de l’Etat romain qui incarnaient l’orthodoxie nicéenne. Après une trêve conclue avec l’empire romain en échange de la reconnaissance d’un Etat vandale fédéré, la conquête vandale reprend pour s’emparer de la riche province romaine d’Afrique et de Carthage. Carthage était depuis la plus haute antiquité une des villes les plus florissantes de l’histoire méditerranéenne. Durant l’antiquité tardive, alors que les crises et les invasions affectaient le nord de la Méditerranée, la province d’Afrique et Carthage connaissaient une prospérité sans pareil. De grands domaines avaient développé une économie agricole productive dont témoignent les mosaïques du musée du bardo de tunis. les ports de Carthage assuraient le contrôle commercial et militaire des flux maritimes au cœur de la Méditerranée. Enfin, les élites intellectuelles de Carthage étaient reconnues dans tout le bassin méditerranéen. le christianisme avait très tôt pris racine en Afrique du Nord, si bien que les grandes persécutions du début du 4e siècle y avaient été plus fortes qu’ailleurs. beaucoup de chrétiens avaient alors apostasié pour avoir la vie sauve et avaient livré aux persécuteurs les livres sacrés et les objets du culte. Ceux qui avaient failli (les lapsi) ne retrouvèrent pas leur place dans l’Eglise, ce qui suscita le schisme donatiste. les donatistes avaient créé une Eglise parallèle condamnée par le concile de Nicée (325). Malgré la condamnation, le schisme a perduré et il s’est doublé d’une grave crise sociale qui a ébranlé la paix romaine en Afrique pendant tout le 4e siècle.


moza3 Mosaïque dite du « Cavalier vandale » trouvée à Carthage, 5e siècle. Un homme monté sur un petit cheval râblé à la robe pommelée et à la croupe marquée d’une croix fourchée quitte une villa.


les manouvriers des grands domaines (les circoncellions) ont rallié les donatistes et se sont mis à piller les campagnes. Ainsi, à l’arrivée des Vandales hétérodoxes, donatistes et circoncellions ont cru trouver leur salut. En fait, l’Eglise arienne s’est attachée à persécuter l’orthodoxie sans tolérer d’autre foi que la sienne. quant à l’aristocratie vandale, elle s’est contentée de s’emparer des domaines des latifondiaires romains sans remettre en cause l’ordre social.

LE SAC DE ROME
Genséric s’attache à développer une politique ambitieuse qui menace la partie occidentale de l’empire romain encore dominée par la vieille capitale, Rome. Carthage dispose d’installations portuaires remarquables où Genséric fait construire une imposante flotte de guerre. Il lance des raids destructeurs sur les îles de la Méditerranée occidentale (Sicile, Corse, Sardaigne, Baléares) qui rompent le ravitaillement frumentaire de Rome. Pour la première fois, un royaume barbare se constitue un empire maritime remettant en question la suprématie des Romains sur la mer intérieure. la pression est telle que l’empereur Valentinien accepte en 442 un traité de paix qui reconnaît la pleine souveraineté du royaume vandale. En échange, Genséric assurera l’approvisionnement en blé de la capitale. les fiançailles d’Hunéric, l’héritier du trône vandale, avec Eudoxie, la fille de Valentinien, concrétise le traité de paix et amorce le rêve de Genséric d’un empire romano-vandale. Mais l’assassinat de Valentinien par un usurpateur et la rupture des fiançailles de son fils offrent à Genséric l’occasion de se lancer à l’assaut de Rome. En mai 455, la puissante flotte vandale mouille à l’embouchure du Tibre et les guerriers vandales, appuyés par la cavalerie maure, parviennent aux portes de Rome désertée par l’empereur et un grand nombre d’habitants. Léon, le pape romain des catholiques, parvient à un accord avec les ariens de Genséric : « Alors Genséric fit aussitôt son entrée dans la ville et Rome fut pillée sans que le fer ni le feu ne lui furent portés » (Prosper, Chronicon). Durant un mois, les églises, les palais impériaux et les splendides demeures de l’aristocratie romaine sont systématiquement dépouillés de l’or, des pierres précieuses et des collections d’art en bronze.


moza4Détail d’un sarcophage romain montrant la soumission des Barbares devant un officier romain assis sur son siège curule symbole de son commandement.


le tout sera emporté à Carthage avec de nombreux prisonniers qui seront vendus comme esclaves. l’espoir d’une alliance durable entre l’empire romain et le royaume vandale va perdurer, sans finalement aboutir à la concrétisation du rêve de Genséric, qui meurt en 477 au bout d’un très long règne.

Genséric fit son entrée dans la ville et rome fut pillée sans que le fer ni le feu ne lui furent portés.

En 527, Justinien monte sur le trône impérial à Constantinople. Il fonde l’ambitieux projet de restaurer l’empire romain dans son intégralité. En 533, l’armée romaine dirigée par le général bélisaire débarque et reprend aux Vandales l’Afrique du Nord, qui restera sous obédience byzantine jusqu’aux conquêtes arabes de la fin du 7e siècle. Faute d’avoir laissé d’importants vestiges archéologiques et architecturaux, les Vandales vaincus et leur religion condamnée n’ont laissé dans l’histoire qu’un nom bien déprécié.


Christian Courtois, Les Vandales et l’Afrique , A.M.G., Paris, 1955. Umberto Roberto, Rome face aux Barbares , Seuil, Paris 2015.