Le rapport de l’ONG américaine Freedom House pour l’année 2017 dresse la cartographie des libertés dans le monde. Le Maroc y est classé « partiellement » libre.

Les magistrats marocains lors d’un sit-in devant la Court de cassation à Rabat pour dénoncer la corruption dans le système juridique, 6 octobre 2012. / Crédit photo : Abdelhak Senna (AFP)

Des magistrats lors d’un sit-in devant la Cour de cassation à Rabat pour dénoncer la corruption dans le système juridique, 6 octobre 2012. / Crédit photo : Abdelhak Senna (AFP)

Freedom House a récemment rendu public son rapport 2017 sur les libertés dans le monde. Dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, c’est la Tunisie qui est en tête du peloton avec 78 points sur 100. Cette dernière est ainsi le seul pays de la région à être classé « libre » selon l’ONG américaine. Quant au Maroc, au Liban, à la Jordanie et au Koweït, ils font partie des Etats « partiellement libres », avec respectivement 41, 44, 37 et 36 points.

Toujours dans la région, d’autres Etats comme l’Algérie, l’Egypte, la Mauritanie, l’Arabie saoudite et l’Irak sont considérés comme les pays où les libertés sont le plus violées par les autorités. Ces notations sont basées sur la facilité des citoyens à accéder à leurs libertés civiques et politiques. Dans le cas du Maroc, Freedom House relève que le royaume est noté 5/7 en matière de droits politiques et 4/7 concernant les droits civiques. Ces moyennes dénotent le progrès qu’il reste à faire au Maroc, notamment en matière de justice sociale (emploi, lutte contre la pauvreté, accès aux services de santé et aux prestations sociales), d’égalité hommes-femmes et d’équité, ainsi que de protection des minorités religieuses et sexuelles.

Ce constat est pratiquement inchangé, en comparaison avec les rapports précédents de Freedom House. Selon l’ONG, ces résultats stagnants sont dus à un cumul des atteintes aux libertés depuis « des décennies d’autoritarisme, de corruption et d’interventions étrangères ». Freedom House constate par ailleurs que 67 pays sur les 195 observés ont régressé quant au respect des droits civiques et politiques au cours de l’année 2016, au moment où 36 autres ont enregistré quelques progrès depuis. En comparaison avec les années précédentes, c’est pour la première fois qu’un recul des libertés est constaté au niveau de pays longtemps classés comme « libres ». A eux seuls, les Etats d’Europe (Pologne, Hongrie, pays des Balkans…) constituent ainsi 25% du nombre des pays ayant enregistré un repli considérable en matière d’acquis démocratiques.

Ce rapport rejoint les mises en gardes de Human Rights Watch, qui a récemment alerté sur la montée des populismes et leur menace sur la démocratie dans le monde. Enfin, Freedom House fait remarquer que l’atmosphère politique mondiale privilégie plus que jamais les intérêts d’une classe politique et sociale limitée, au détriment de la paix, de la liberté et du respect des conventions internationales.