Après plusieurs mois d’un dialogue de sourds entre le ministère de l’Education nationale et l’AMEP sur les contenus de l’enseignement religieux dénigrant la philosophie, une nouvelle révision se profile.

Parmi les chapitres pointés du doigts par l'AMEP dans les manuels d'éducation islamique, une leçon intitulée 'Athéisme, entre illusion et vérité', qui incrimine le relativisme prôné par la philosophie et les sciences humaines.

Parmi les chapitres pointés du doigts par l’AMEP dans les manuels d’éducation islamique, une leçon intitulée « Athéisme, entre illusion et vérité », qui incrimine le relativisme prôné par la philosophie et les sciences humaines.

L’année scolaire a été tumultueuse pour les enseignants de philosophie. Mais cette situation pourrait changer à la rentrée prochaine, après que l’Association marocaine des enseignants de philosophie (AMEP) a obtenu gain de cause auprès du ministère de tutelle. La direction du curricula a en effet reçu le 7 avril une délégation de professeurs de philosophie, en vue d’évoquer la suppression des contenus d’éducation islamique dénigrant la pensée critique que promeuvent les sciences humaines. Cette rencontre intervient après un long bras-de-fer, où les enseignants de philosophie protestaient contre le contenu du manuel religieux « Al Manar » de la première année du baccalauréat. Ce dernier, dans une leçon intitulée « Philosophie et foi », laisse entendre que la mère des sciences serait « une production de la pensée humaine contraire à l’islam », voire « l’essence de la dégénérescence (…) motivée par la perversion et le blasphème » (sic).

Lire aussi : De qui la philosophie est-elle l’ennemie ?

Avant d’être entendue par le ministère de l’Education nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, l’AMEP avait déjà fait parvenir une correspondance à l’ancien ministre Rachid Belmokhtar. Mais le courrier était resté lettre morte, jusqu’à la nomination du nouveau gouvernement. « Nous demandions à être reçus par Rachid Belmokhtar en espérant débloquer la situation, mais en vain, nous confirme Abdelkarim Safir, secrétaire national de l’AMEP. En revanche et à la suite de notre rencontre du vendredi, nous avons pu prendre acte des efforts du ministère pour rectifier le tir. Il fallait une décision politique et aujourd’hui elle semble avoir été prise ».

Communiqué de l'Association marocaine des enseignants de philosophie (AMEP) à la suite de la réunion du 7 avril.

Communiqué de l’Association marocaine des enseignants de philosophie (AMEP) à la suite de la réunion du 7 avril.

C’est ainsi que dans un communiqué, l’AMEP a annoncé l’intention du ministère d’initier une nouvelle édition des manuels « Al Manar ». Celle-ci devrait être disponible en librairie pour la rentrée 2017 / 2018. Cette nouvelle révision tiendra compte des remarques pédagogiques de l’AMEP, qui a remis au ministère une note d’intention à ce propos.